Yes, I accept
This website uses cookies to obtain statistical data on the navigation of its users. If you go on surfing, we will consider you accepting its use. Read more
4 de mayo

Martin, sexe faible : Journal (Littérature)

Martin, sexe faible : Journal (Littérature)
Martin, sexe faible : Journal (Littérature)

Martin, sexe faible : Journal (Littérature)

18,90€
Ask for avalaibility

Et si les hommes étaient le sexe faible ? C'est l'argument de la mini-série diffusée sur la chaîne web de France TV, Studio 4, dont les 8 épisodes seront diffusés entre mars et mai 2016. Elle met en scène Martin, un trentenaire qui a bien du mal avec ce monde où les femmes ont le pouvoir : harcèlement sexuel, misandrie au travail, dif...
[Read more]

Publisher
ISBN13
ISBN10
Type
Pages

Et si les hommes étaient le sexe faible ? C'est l'argument de la mini-série diffusée sur la chaîne web de France TV, Studio 4, dont les 8 épisodes seront diffusés entre mars et mai 2016. Elle met en scène Martin, un trentenaire qui a bien du mal avec ce monde où les femmes ont le pouvoir : harcèlement sexuel, misandrie au travail, difficulté d'être un homme-objet. D'autant que Martin ne vit pas très bien son célibat prolongé, et que son horloge biologique commence à le travailler. Alors qu'il assiste à son cinquième mariage de l'année et que la seule célibataire de la soirée tente de le coincer dans une grange, il réalise qu'il est grand temps pour lui d'avoir une vie et de rencontrer la future mère de ses enfants qu'il élèvera, comme il se doit. Dans son journal intime, il raconte son parcours du combattant, cette quête de la femme idéale, qui démarre mal avec un spermogramme peu reluisant et une perverse-narcissique rencontrée sur Tinder dont il tombe fou amoureux. Enchaînant les déconvenues, professionnelles et personnelles, Martin va s'interroger sur sa condition d'homme avant de trouver, peut-être, le bonheur.   Le journal de Martin est à la fois une satire inversée de la misogynie persistante et les drôles de pérégrinations d'un trentenaire au temps du travail précaire, de l'amour en réseau, et du questionnement des identités.